Langue :
  • EN
  • FR
  • TH
Histoire de l'hôtel

Zeavola Resort

Responsabilité sociale d'entreprise

Quand le Zeavola Resort de Koh Phi Phi Don a ouvert ses portes en 2008, Florian Hallermann, directeur d'hôtel expérimenté, en a pris les rênes. Le développement durable a été une priorité absolue dès le premier jour, d'autant plus que la petite île où s'est établi le splendide complexe touristique possède un écosystème très fragile. Depuis que Hallermann est devenu le gérant, les déchets plastiques de l'hôtel ont été réduits d'environ 300 000 bouteilles. Et ce n'est que le début.

« Cet hôtel est l'endroit parfait pour apprendre, car nous y faisons tout nous-mêmes », déclare-t-il. « Nous produisons notre eau nous-mêmes, nous avons produit notre propre électricité, nous nettoyons nos eaux usées ; tout ce qui serait considéré comme normal et bon marché à Bangkok ou à Phuket représente dans notre hôtel un effort énorme et des dépenses conséquentes, mais le retour sur investissement est immédiat. »


Le développement durable est bon pour les affaires

Même si M. Hallermann affirme ne pas avoir remarqué d'augmentation significative du nombre de voyageurs attirés par son établissement grâce à son engagement écologique, il précise que de nombreuses mesures prises par l'établissement ont entraîné des retours financiers positifs et généré des économies. « Si vous incluez la nature, vos associés et la communauté locale dans le processus décisionnel de gestion d'une entreprise, vous faites tout simplement plus de bénéfices », a-t-il déclaré.

« Je l'ai appris en utilisant des bouteilles de shampoing en céramique en 1994, lorsque nous avons ouvert le Banyan Tree Phuket. Le groupe hôtelier Banyan Tree n'a jamais eu une seule bouteille de shampoing en plastique, pas une ! Ainsi, lorsque j'ai ouvert Zeavola en 2008, j'ai opté pour les bouteilles de shampoing en céramique et j'ai calculé que, jusqu'à présent [T1 2020], nous avons économisé environ 8 millions de bahts en articles de toilette. Grâce à ces économies, on peut faire d'autres choses qui peuvent engendrer un retour sur investissement moindre. »


L'outil le plus précieux

Comment le Zeavola parvient-il à donner des chiffres aussi précis sur ses économies ? Tout simplement parce que M. Hallermann a compris l'importance cruciale de suivre tout ce qui concerne l'établissement. Par exemple, il fait examiner la consommation d'eau dans les 53 villas du complexe, chacune dotée d'un compteur. Le personnel peut ainsi rapidement détecter les fuites et prendre des mesures pour réduire le gaspillage. Les rapports mensuels du Zeavola couvrent la consommation d'électricité, la consommation d'eau, la réduction des déchets, les dons à l'aide sociale et plus encore.

« Ces rapports sont dus à Travelife et à l'obtention de la certification Travelife. Je me suis inscrit car un agent de voyages m'a demandé: « Où est votre certification ? » Quand j'ai ouvert la liste de Travelife, j'ai failli m'évanouir ! Il y a 126 critères, et tous nécessitent des preuves. Ils ne se soucient pas vraiment de l'efficacité de votre développement durable ; ce qu'ils veulent, c'est de la documentation. Il nous a fallu un an pour obtenir la certification. »


Le profit n'est pas roi

Ayant grandi dans une famille respectueuse de la nature, M. Hallermann affirme que le coût et les efforts demandés par le développement durable ne sont pas consentis uniquement dans un souci économique. « Nous avons 22 espèces d'oiseaux dans mon hôtel, ce qui me remplit de joie. Nous bénéficions aussi d'un environnement sûr et, maintenant que nous sommes en pleine saison de reproduction, tout l'hôtel s'égaye au chant des oiseaux tous les matins à 6 heures. Vous ne trouverez pas cela à Bangkok, ni même à Phuket ! La vie n'en est que plus agréable. »

Il ajoute que l'essentiel est de transmettre aux générations futures une planète en meilleur état ; dans son cas, il le fait d'abord pour sa jeune fille.

M. Hallermann souligne également la nécessité de mobiliser et d'impliquer le personnel quand on souhaite que son hôtel applique les principes du développement durable. « Nous ne faisons pas que travailler ici : c'est également notre lieu de vie », souligne-t-il. « C'est notre maison. »


Cet engagement comprend, par exemple, l'organisation d'un barbecue mensuel du personnel, au cours duquel tout le monde est informé sur l'efficacité de chaque mesure en faveur du développement durable. Tous les membres du personnel, y compris les stagiaires, ont en outre reçu un sac en tissu pour faire leurs courses et une tasse en métal, qu'ils peuvent remplir à l'une des quatre fontaines à eau du complexe. Les clients, en revanche, n'ont accès qu'à une seule fontaine.

« Avant de faire quoi que ce soit avec les clients, nous avons préparé le personnel. Il est essentiel d'en faire une aventure : les gens doivent être fiers de ce qu'ils font. Ensuite, on peut commencer de la base vers le haut, et non l'inverse. L'hôtellerie vit et meurt en fonction du personnel, il est donc essentiel qu'il soit impliqué dans l'ensemble du processus. »


À propos de l'hôtel

Le Zeavola Resort est un établissement cinq étoiles établi à l'extrémité nord de Koh Phi Phi Don, dans la province thaïlandaise de Krabi. Situé à seulement quelques pas de la jetée de Laem Tong, il compte 53 villas, deux restaurants à l'ambiance décontractée, un excellent spa, un centre de plongée ainsi que d'autres services et équipements. L'hôtel a remporté plusieurs récompenses et certifications importantes depuis son ouverture en 2008, notamment le prix du meilleur hôtel des Responsible Thailand Awards 2019 organisés par l'Autorité du Tourisme de Thaïlande (TAT) et le magazine Wanderlust, et le prix 2019 des Haute Grandeur Global Awards pour le meilleur hôtel écologique en Thaïlande.

Zeavola Resort

Localisation : Ao Nang, district de Mueang Krabi, Krabi 81000, Thaïlande
Numéro de téléphone : +66 75 627 000
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site Web. L'utilisation de ce site implique d'accepter notre utilisation des cookies.